12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Valérie Chevalier et Andréanne Gauthier explorent la création au féminin

Valérie Chevalier et Andréanne Gauthier explorent la création au féminin

Valérie Chevalier et Andréanne Gauthier explorent la création au fémininKarine Paradis

Si vous cherchez un très beau et pertinent livre qui saura mettre un petit baume sur votre coeur en cet automne frisquet, c’est pour vous…

Créatrices, ce sont 30 portraits de Québécoises passionnées œuvrant dans différents milieux artistiques, captés en mots et en images par Valérie Chevalier et Andréanne Gauthier. C’est une fenêtre privilégiée et intime sur l’univers de ces artistes, dans leur espace de travail, dans leur tête et dans leur cœur, pour révéler leur rapport très personnel à la création!

Isabelle Boulay, Mélissa Désormeaux-Poulin, Marilou Bourdon, Julie Artacho, Christine Beaulieu, Lydia Bouchard, Natasha Kanapé Fontaine, Ariane Moffatt, Dominique Michel, Sophie Lorain, Magalie Lépine-Blondeau, Safia Nolin, Guylaine Tremblay, Chrystine Brouillet et Ingrid Falaise figurent parmi les femmes d’exception rencontrées par le sympathique duo… Et le résultat est fa-bu-leux!

Pssst! Pour voir des photos du lancement, allez au bas de l’article!

Karine Paradis

Source: Karine Paradis

Valérie, à l’endos du livre Créatrices, on peut y lire une simple question: «Qu’est-ce que la création au féminin?» Qu’y répondrais-tu?
 
Ouf (rires)… En fait, je n’ai pas de réponse! Ma réponse est au pluriel, parce qu’elle est teintée de toutes les réponses de toutes les femmes que j’ai rencontrées. Je me suis posé la question, parce qu’à la fin de mes entrevues, j’ai dû remplir une partie du questionnaire, tout comme Andréanne. La création, c’est quelque chose de merveilleux… mais mon but, ce n’était pas de me mettre de l’avant, c’était de donner la parole à ces femmes-là. J’ai juste envie de dire que la réponse se trouve dans le livre à travers les réponses de toutes ces femmes extraordinaires et inspirantes qui nous ont reçues chez elle. La création, c’est unique, magique et merveilleux. Ce serait mes trois mots pour la décrire!

Créatrices, ce sont 30 portraits de femmes passionnées œuvrant dans différents milieux artistiques. Comment avez-vous fait pour sélectionner les femmes qui font partie de cette œuvre?

Ah… ça n’a pas été facile (rires)! En fait, Andréanne et moi nous sommes d’abord assises en nous demandant les personnes qui nous inspirent dans le milieu, que ce soit dans les disciplines dans lesquelles on évolue, comme le fait d’être auteure ou comédienne, animatrice ou photographe… Et on tenait vraiment à ce qu’il y ait une variété non seulement dans les disciplines artistiques, mais aussi dans les profils de femmes. On ne voulait pas des femmes qui avaient toutes le même âge, ni le même parcours. On voulait vraiment proposer, dans le fond, des discours variés. Puis, je pense qu’on a réussi à faire une belle sélection. Après, c’est certain aussi que ça dépendait de celles qui acceptaient notre invitation, pour qui ça se pouvait aussi, mais on est vraiment vraiment très heureuses des femmes qu’on retrouve dans le livre.

Avec Créatrices, vous avez justement voulu mettre en lumière la démarche créative de femmes inspirantes. Qu’est-ce qui est ressorti de ces rencontres?
 
C’était extraordinaire à plein de niveaux. En général, quand on aborde l’art, quand on parle de l’art dans les médias, on parle du produit fini. On parle du spectacle qui est en salle, du film qui va sortir au cinéma, du livre qui va être publié… On parle toujours de la dernière étape pour l’artiste, alors qu’en fait, le processus commence tellement plus tôt! Du moment où l’idée germe, où il y a un flash, une idée ou un mot qui déclenche quelque chose, à la mise en pratique d’une forme d’art qui va réussir à véhiculer un message et qui va être assez fort et portant pour atterrir au cinéma ou dans une bibliothèque. C’est surtout un processus, souvent magique, auquel le public n’a pas accès. Et c’était vraiment de là que venait mon désir de faire ces rencontres-là et d’aborder, oui, bien sûr, les oeuvres grandioses que ces artistes-là nous ont partagées, mais aussi de quelle façon elles le faisaient et elles le vivaient. C’était l’objectif à la base!

Puis, les rencontres ont été encore plus fascinantes, touchantes et émouvantes pour Andréanne et moi, plus qu’on ne l’imaginait! On savait que ce serait des beaux moments, car ce sont des femmes qu’on admire, donc forcément, ce sont des rencontres intéressantes quand on parle d’art… mais ça a été encore plus émotif! On créait une bulle d’intimité quand on allait les rencontrer. On parlait de sujets qu’on n’aborde pas nécessairement souvent entre artistes. Aussi, il y avait quelque chose de beau à se retrouver une gang de filles ensemble (il y avait toujours une maquilleuse ou une styliste qui nous accompagnait, en plus de l’assistante d’Andréanne), qui jasaient sur l’art et sur la vie. Ça a réellement été un parcours stimulant et porteur. Ça nous a habitées et ça nous habite encore, ces entrevues et ces rencontres-là, et j’espère que ça va réussir à faire son chemin jusqu’aux lecteurs. Personnellement, je sais que ça m’a touchée, ça m’a ébranlée, ça m’a aussi confirmé plein de choses sur mon envie de créer et mon besoin de faire de l’art…

Quelle rencontre t’a surprise le plus?

C’est une bonne question! Je dirais que Monia Chokri, je la connaissais peu. C’est un nouveau visage du cinéma! Quand on l’a approchée en fait, son film La femme de mon frère n’était même pas encore nommé à Cannes. On savait que son premier film était en route, elle avait eu un beau succès avec son court-métrage et on voulait des visages du cinéma qui soient de différents âges… On avait déjà Micheline Lanctôt, donc on voulait quelqu’un d’un peu plus jeune aussi. Puis, j’ai vraiment eu une très belle rencontre avec elle! Je trouve que c’est une fille qui a une vision intéressante et pertinente de la création et du processus de création! J’ai été surprise de ses propos et de sa façon éloquente de parler de la place des femmes dans la création. Elle, elle a travaillé comme comédienne ET comme réalisatrice. Et elle a dit que selon le rôle que tu as, tu n’as pas nécessairement la même place. Son entrevue était très intéressante et il en est ressorti de très belles choses! Mais je ne pourrais pas choisir une seule personne qui m’a surprise dans cette aventure… Chaque personne, on a une image de l’artiste publique, mais là, on a rencontré la femme derrière l’artiste et c’est ça qui était le plus intéressant. Donc, toutes les rencontres m’ont surprise à différents niveaux!

C’est Andréanne Gauthier qui met en image le portrait des créatrices. Elle nous les dévoile sous un nouveau jour et elle nous fait entrer encore plus dans leur intimité grâce à son art!

Quand on s’est assises ensemble au tout début, quand on a commencé à jeter les bases de ce projet-là, on ne voulait absolument pas que ce soit voyeur comme projet, on ne voulait pas aller chez les vedettes et voir leur salon, leur décoration… Ce n’était pas ça! On voulait juste avoir accès à un petit morceau, à un lieu, à un endroit qui est représentatif dans la création de l’artiste. Donc, Andréanne a fait un travail extraordinaire pour les photos qui sont à la fois fortes et intimes. Et je pense que toutes les femmes de ce livre-là ont un côté très battant, très fort, et aussi une vulnérabilité et une proximité avec leurs émotions, ce qui fait qu’elles sont les artistes qu’elles sont. C’est sûr qu’on retrouve ça dans le livre, et moi, c’est ça que je trouve le plus intéressant, ces nuances-là! On est des humains, on est des êtres complexes avec parfois des contradictions et je trouve qu’Andréanne a bien su capter l’essence de chacune de ces femmes-là… et montrer quelque chose qu’on ne voit pas nécessairement dans leur image publique. Bien sûr, on se collait à ce qu’elles avaient envie de montrer, mais elles ont vraiment été super pour s’ouvrir à nous. Certaines nous ont reçues chez elles, dans leur bureau, dans leur lieu de création. Isabelle Boulay, c’était dans son atelier! Elle appelle ça son atelier, mais c’est la place où elle crée et elle façonne ses idées de spectacles. Micheline Lanctôt, on est allées dans sa maison, on a marché dans son champ et c’est là qu’on a pris les photos. Colombe St-Pierre, c’est dans le Bic… On a fait pas mal de route (rires)! Mélissa Désormeaux-Poulin, elle, elle apprend ses textes sur le bord de l’eau, à Chambly. C’est là qu’elle s’enregistre, qu’elle met ses enregistrements dans ses oreilles et qu’elle marche. Chacune a vraiment un lieu où elle se sent à l’aise pour créer… On ne voulait pas nécessairement un bel endroit pour faire des belles photos. Tout a été réfléchi et est vraiment associé au processus créatif de chacune des artistes!

Puisqu’il y a tellement de femmes inspirantes dans la vie, est-ce qu’on peut s’attendre à un tome 2 de Créatrices?
 
Ah… Je ne sais pas (rires)! On vient de passer les deux dernières années sur le livre! C’est sûr que ça a été très très chargé avec tous les autres projets qu’Andréanne et moi avons. Je ne sais pas si on va en faire un autre, mais j’ai adoré mon expérience! Ce que j’aime de ce livre-là, c’est qu’il va durer longtemps. Je ne vais pas me tanner de le laisser traîner sur le bord de la table et de le regarder. Au moins, il n’est pas juste ancré dans la mode actuelle. Je pense qu’il va pouvoir vivre un bon bout avant que je m’en lasse. Mais, qui sait! Peut-être! C’est sûr… Il y a tellement de gens inspirants que j’aurais pu faire une série de 10 tomes, je pense (rires)!
 
Créatrices de Valérie Chevalier et Andréanne Gauthier, qui paraît aux Éditions Hurtubise, est disponible dès maintenant en ligne et en librairie!

En direct de 20:00 à 00:00
2033
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.