nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars ic more vert 36px cloud download 95like 2 phone 2
  • Accueil
  • Manger bio, concrètement, pourquoi c’est mieux ?

Manger bio, concrètement, pourquoi c’est mieux ?

Manger bio, concrètement, pourquoi c’est mieux ?

Les aliments biologiques ne sont pas toujours plus beaux et sont souvent plus dispendieux. Avant de s’en procurer, on aimerait donc savoir s’ils représentent réellement un meilleur choix.

Depuis maintenant plusieurs années, il convient de dire que les aliments biologiques sont supérieurs aux autres. Pourtant, ils ont plusieurs points communs avec ceux qui ne le sont pas. Ils poussent sur la même planète. Ils sont nourris de la même lumière et par le même air. Qu’ont-ils donc de si particulier ?

Nous avons demandé à Serge Beaudoin, un cultivateur, de nous expliquer la différence. Voici ce qu’il nous a expliqué.

« Je dirais avant tout que ça évite de manger des pesticides et fongicides douteux »

Selon M. Beaudoin, les produits dits « réguliers » sont souvent soumis à certains pesticides et fongicides qui en grande quantité peuvent être nocifs pour nous.

Avec les produits biologiques, les cultivateurs utilisent des produits qui sont vraiment sans danger jusqu’à preuve du contraire.

« L’autre point, c’est la valeur nutritive des aliments »

Un autre point qui a été apporté est celui des légumes bio qui poussent dans la terre. Les nouvelles fermes urbaines font souvent pousser des légumes en hydroponie. Elles obtiennent ainsi de très beaux légumes avec une belle croissance dans un environnement exempt de pesticides, d’herbicides et de fongicides. Mais afin d’obtenir la même quantité d’éléments nutritifs que ce qui pousse en terre, le processus nécessite l’ajout diligent de solution nutritive. Et cette diligence n’est pas toujours aussi bien supervisée.

C’est une des raisons pour lesquelles les produits hydroponiques ne peuvent avoir l’appellation « bio ». En effet, afin de pouvoir étiqueter ses aliments comme étant biologiques, il est impératif qu’ils aient eu un lien avec le sol.

Éric Bond de chez Envirozone Design ajoute toutefois qu’il existe aussi la bioponie. Une hydroponie biologique qui consiste a donner peu de nitrates aux plantes afin de favoriser le rendement plutôt que la croissance végétative. Cette méthode nécessite peu de nutrition et moins d’eau. Selon monsieur Bond, le produit final de la pratique de la bioponie demeure un produit 100 % biologique même s’il n’est pas éligible à la certification.

« Évidemment il y a le facteur goût »

Toujours selon monsieur Beaudoin, les fermiers bio sont obligés de suivre les récoltes de plus près par la force des choses. En effet, quand il faut constamment observer les plants afin de prévenir les maladies et les insectes ravageurs sans utiliser les produits plus performants des concurrents, la plante n’a plus de secrets.

Les cultivateurs seraient alors plus alertes et combleraient les carences avec plus d’efficacité tout au long de la croissance.

Toujours bio, le bio ?

Au Québec, la certification biologique est très bien encadrée. Seuls les produits certifiés ont le droit de porter les mentions « organique », « biodynamique », « biologique », ou « bio ». Cette appellation est réservée et est gérée par le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants. C’est la seule autorité provinciale en matière de certification biologique.

De l’autre côté de la frontière, l’administration Trump essaie actuellement de changer les certifications afin d’inclure des produits qui n’étaient pas traditionnellement bio. Si son gouvernement va de l’avant, la qualité des produits certifiés biologiques en provenance des États-Unis pourrait bien être remise en cause. Ce sera un dossier à suivre.

Y a-t-il des désavantages ?

On ne peut pas vraiment être contre la vertu. Mais il faut savoir que des multinationales sont maintenant certifiées bio à travers le monde. En tenant compte des transports et des conditions de travail, acheter bio n’est peut-être pas toujours une garantie à l’échelle humaine.

Bio ou pas, il est donc encore préférable de tenir compte de plusieurs facteurs comme la provenance des aliments avant de remplir son panier d’épicerie. Et quand on peut encourager les petits producteurs locaux, c’est encore la meilleure chose à faire.

Bonjour l'Estrie

Bonjour l'Estrie

avec Yves Laramée

En direct de 05:30 à 08:30
1923
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.