• Accueil
  • Prendriez-vous un peu de céleri avec vos pesticides?

Prendriez-vous un peu de céleri avec vos pesticides?

Prendriez-vous un peu de céleri avec vos pesticides?

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com et a été rédigé par Annie Harvey.

Manger des fruits et des légumes, c’est bon pour la santé, c’est même vital. Mais, aujourd’hui, avec tous les pesticides que l’on utilise pour préserver notre garde-manger planétaire, peut-on vraiment croquer dans la vie en paix?

Dans nos champs, les pesticides sont utilisés « […] pour lutter contre différents organismes considérés comme nuisibles » (Gouvernement du Québec). Présents sous trois formes différentes – solides, liquides ou gazeuses – on les regroupe sous quatre grandes catégories : les insecticides, les rodenticides, les herbicides et les fongicides.

Une réglementation canadienne
Au Canada, nous avons de la chance, « les limites maximales de résidus de pesticides sont réglementées en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires » (Gouvernement du Canada). C’est-à-dire qu’au-delà d’un certain seuil – déterminé comme tolérable et accepté par les scientifiques – certains produits végétaux ne se retrouvent pas dans nos assiettes.

 
Conséquences à long terme
Comme on dit, en matière de pesticides comme dans bien des choses, c’est la dose qui fait le poison. Ingurgités en infime quantité, leur effet délétère est plutôt insignifiant, mais certains produits possèdent des « […] propriétés toxiques à long terme, observées lors d’études chez les animaux de laboratoire (effets sur le développement ou la reproduction, la génotoxicité, les perturbations endocriniennes et le potentiel de cancérogénicité) » (Samuel et al., 2010). C’est cela qui devrait nous inquiéter davantage.


Près de la moitié des fruits et des légumes contaminés
Une étude menée entre 2007 et 2011, par Jean-Pierre Richard pour le compte du MAPAQ, démontre que « des résidus de pesticides ont été détectés dans 43 % des échantillons de fruits et de légumes frais, toutes provenances confondues ». Du même souffle, cette enquête confirme une prévalence de résidus plus élevée dans les produits importés par rapport aux produits locaux.

Les grands « gagnants »
Pour la période donnée, les légumes et les fruits qui renferment le plus de résidus de pesticides sont les suivants :

  • Le céleri
  • La fraise
  • Le concombre de champs
  • La pomme
  • Le zucchini
  • L’épinard
  • Le poivron vert
  • La pomme de terre
  • La framboise
  • La laitue romaine


N’arrêtez pas d’en manger pour autant
Même si elles ont de quoi donner des frissons dans le dos, ces « […] données ne justifient pas de limiter la consommation de fruits et de légumes, reconnus pour avoir des effets bénéfiques sur la santé » (Samuel et al., 2010). En effet, si on pèse le pour et le contre c’est leur consommation quotidienne qui remporte la palme.

Les plus vulnérables
Les personnes les plus vulnérables aux effets néfastes des pesticides et aux autres sources de contamination sont les femmes enceintes, les enfants de moins de cinq ans et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Cela dit, tout le monde devrait laver avec soin ses fruits et ses légumes car au-delà des pesticides, il y a les insectes, les bactéries et le fumier...

Quelques conseils

  • Laver et éplucher des légumes n’est pas sorcier. Seules quelques règles de base prévalent et le tour est joué!
  • Comme toujours, avant de manipuler des aliments on se lave les mains au moins 20 secondes à l’eau chaude et savonneuse
  • Avant d’éplucher des fruits et des légumes – de l’orange au cantaloup en passant par le concombre et la carotte  – on lave et on brosse leur peaux.
  • Sauf pour la banane qui, selon Santé Canada, fait exception
  • Avant de passer d’un fruit à l’autre – ou d’un légume à l’autre – on nettoie à l’eau chaude et savonneuse le couteau et la planche à découper
  • Les salades en feuilles, les épinards et les cressons méritent d’être lavés sous la douchette de robinet
  • Brosser vos fruits et vos légumes et faites-les tremper quelques minutes dans une eau additionnée de vinaigre et de sel. Remarque : n’oubliez pas de les rincer!


Quoi qu’il en soit, ne boudez pas les fruits et les légumes d’ici, mettez de la couleur dans votre assiette!


Sources :

  1. Richard, Jean-Pierre (2011). Résidus de pesticides dans les fruits et légumes frais vendus au Québec. ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation au Québec. Récupéré du site https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Divers/Residus_pesticides_fruits_legumesWEB.pdf 
  2. Gouvernement du Canada. Récupérédu site https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/sujet-pesticides/pesticides-et-salubrite-aliments.html 
  3. Environnement et lutte contre les changements climatiques. Récupéré du site  http://www.environnement.gouv.qc.ca/pesticides/apropos.htm 
  4.  Samuel, St-Laurent, Phaneuf, Buteau, Bourgault, Belleville (2010). Mesures de réduction de l’exposition aux pesticides. Récupéré du site https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/1166_mesuresreducpesticidesaliments_synthese.pdf 
En direct de 00:00 à 05:30
1448
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.