nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Malgré les menaces, Kim Boutin tout sourire sur le podium

Malgré les menaces, Kim Boutin tout sourire sur le podium

Yara van Kerkhof, Arianna Fontana et Kim Boutin (La Presse Canadienne)

GANGNEUNG, Corée, République de — Une tourmente dont elle aurait probablement bien voulu se passer n'a pas empêché Kim Boutin de sourire lorsqu'elle a finalement reçu sa médaille de bronze pour sa performance au 500 mètres la veille.

La patineuse de vitesse courte piste de Sherbrooke a aussi laissé couler des larmes lors de la cérémonie des médailles, mercredi, aux Jeux olympiques de Pyeongchang, alors que les montagnes russes d'émotions des dernières 24 heures ont pu faire place à la joie d'un exploit remarquable.

Après une soirée riche en rebondissements au Palais des glaces de Gangneung mardi, Boutin a été victime de commentaires haineux sur les réseaux sociaux. Elle est devenue la cible de partisans sud-coréens et d'autres nations à la suite de la disqualification de la favorite locale Minjeong Choi, ce qui lui a permis de monter sur la troisième marche du podium.

Le Comité international olympique (CIO) et le Comité olympique canadien (COC) ont rapidement condamné les propos haineux qui ont notamment forcé Boutin à activer la fonction «privé» sur ses comptes Twitter et Instagram.

«Nous souhaitons que les grandes performances soient applaudies, c'est ce qui fait la beauté des Jeux olympiques, a déclaré le porte-parole du CIO, Mark Adams. Nous ne contrôlons pas, et nous ne devrions pas contrôler, les réseaux sociaux, mais ce genre d'incident peut parfois arriver. C'est malheureux.»

Celle qui avait pourtant le plus de raisons d'être fâchée par le revirement de situation semblait bien dans sa peau après la finale, mardi soir.

«Je me suis préparée du mieux possible et même si le résultat n'est pas celui que j'espérais, je n'ai aucun regret, avait affirmé Choi aux journalistes sud-coréens. Je suis toutefois déçue pour les partisans sud-coréens.»

Les propos de Choi n'ont pas suffi pour calmer les passions des amateurs locaux, et alors que les médias sud-coréens cherchaient à analyser le moment de la faute, Boutin a reçu des commentaires allant jusqu'à des menaces de mort après avoir gagné sa première médaille olympique.

«Je n'ai pas vu les commentaires, mais je peux les imaginer, a ajouté Adams. Ça s'est déjà produit lors d'autres Jeux. Tout ce que nous pouvons faire, c'est nous concentrer sur ce qui a été une grande performance et féliciter le Canada pour sa médaille de bronze. J'étais là (lundi soir) et c'était assez spectaculaire.»

La Britannique Elise Christie, qui a terminé quatrième en finale mardi à la suite d'une chute, avait eu droit au même traitement des partisans sud-coréens lors des Jeux de Sotchi, en 2014. Elle avait alors été attaquée sur les réseaux sociaux par ceux qui jugeaient qu'elle avait provoqué la chute de la Sud-Coréenne Park Seung-Hi en finale du 500 m. Christie avait aussi dû fermer temporairement ses comptes sur les réseaux sociaux.

Accès fermé

L'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste était de retour à l'entraînement mercredi, mais Boutin brillait par son absence. Ce congé d'entraînement était toutefois déjà prévu dans son calendrier, a précisé un porte-parole de Patinage de vitesse Canada. Marianne St-Gelais avait d'ailleurs elle aussi obtenu congé d'entraînement.

St-Gelais a assisté à une portion de l'entraînement à partir des gradins et elle semblait aussi animée qu'à son habitude. Les entraîneurs Frédéric Blackburn et Derrick Campbell ont aussi échangé des blagues par moments. Les patineurs semblaient détendus, se préparant pour les prochaines épreuves à venir.

De son côté, Boutin ne s'est même pas rendue à l'aréna, puisqu'elle devait plutôt se diriger du côté de l'esplanade olympique de Pyeongchang pour la cérémonie des médailles en début de soirée.

Aucun membre de l'équipe canadienne n'a été rendu disponible pour commenter le dossier. Les membres des médias ont plutôt été référé à une déclaration du Comité olympique canadien (COC) publiée plus tôt dans la journée, mercredi.

«La santé et la sécurité de tous les membres de notre équipe sont une priorité et nous travaillons actuellement en étroite collaboration avec Patinage de vitesse Canada, notre personnel responsable de la sécurité et la GRC, pouvait-on lire dans la déclaration du COC sur Twitter. Aucun autre commentaire ne sera émis à ce sujet pour permettre à Kim de se concentrer sur ses épreuves à venir.»

Le porte-parole de Patinage de vitesse Canada a également refusé de préciser si des mesures de sécurité supplémentaires avaient été mises en place pour la cérémonie des médailles «pour des raisons de sécurité».

Boutin se retrouvera toutefois à nouveau sous les projecteurs samedi, quand elle participera aux préliminaires du 1500 m. Elle effectuera aussi des tours sur la glace les 20 et 22 février prochains. Si la température a été à la hausse depuis quelques jours au parc olympique, l'accueil des partisans sud-coréens risque d'être plutôt froid.

Mitsou et Jean-Philippe

En direct de 11:30 à 13:00

3401
100

Mitsou et Jean-Philippe

avec Mitsou Gélinas

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.