nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

L'homme qui a dit non à Justin Timberlake

L'homme qui a dit non à Justin Timberlake

Vous vous demandez qui pourrait bien refuser de travailler avec la star Justin Timberlake et surtout, pourquoi? Laissez-moi vous raconter son histoire. Il s’appelle Nick Whitehouse et travaillait depuis 7 ans comme éclairagiste pour le groupe Coldplay qui faisait alors sa première tournée mondiale. Un soir, il y a 14 ans, Justin Timberlake est allé voir le spectacle du groupe à Tokyo. Après la représentation, il a demandé à Chris Martin qui était ce fantastique éclairagiste et s’il pouvait l’emprunter pour développer le design visuel et l’éclairage de sa nouvelle tournée, Future Sex. Nick, un gars de Leads en Angleterre bien terre à terre, a refusé signifiant à Justin qu’il était un gars de parole et qu’il ne trahirait pas ses amis de Coldplay. Justin a dû attendre six mois avant de voir le talentueux éclairagiste débarquer en Amérique pour travailler sur sa tournée. Depuis, la vie de Nick a bien changé. Non seulement il a réalisé toute la direction artistique de la scène et des éclairages de Timberlake depuis les 14 dernières années, mais il a aussi éclairé Beyoncé, Kanye West, Jay-Z et Prince. Pendant ce temps, il s’est marié avec une Québécoise, la productrice Stéphanie Duval qui œuvre elle aussi dans le même milieu, à titre de coordonnatrice sur des super productions (Céline Dion, Beyoncé, les défilés de Victoria’s Secret en Asie). Il a aussi fondé il y a près de deux ans l’entreprise Fireplay avec son beau-frère Maxime Duval et quelques techniciens de renommée internationale dans l’industrie du spectacle. L’entreprise, qui offre le service complet de design visuel d’espace de divertissement et de spectacle (scénographie, éclairage, effets spéciaux, architecture et gestion de tournée), a des bureaux à New York et à Los Angeles, mais idéalise plusieurs projets depuis Montréal, la ville d’adoption de Nick. Hier soir, ils ont pu apprécier le fruit de leur travail avec la première représentation du premier des deux spectacles que donne Justin au Centre Bell.

Previous Next

« J’ai vu le spectacle plus de 50 fois et Justin m’épate toujours. Il arrive à communiquer avec ses fans comme personne sur la scène (qui a emprunté la forme de la rivière du Mississipi). J’ai encore des frissons quand il chante Suit and Tie en performant son impeccable chorégraphie sous les jets de lasers que j’ai créés.»

Nick, qui en est à sa troisième tournée d’arénas avec l’artiste, a vu leur vie changer. « Au tout début, quand nous avons créé FutureSex/LoveSounds, nous étions de jeunes gars dans la vingtaine. On ne pouvait pas avoir plus de fun que ça! J’ai fait avec lui une vingtaine de fois le tour du monde avec ce spectacle en un an et demi! Puis, entre la tournée 20/20 Experience et celle-ci, Man of the Woods, nos vies ont changé. Nous sommes devenus des parents. Entre les membres du band seulement, nous devons avoir une vingtaine d’enfants qui viennent passer du temps en tournée, incluant le garçon de Justin, Silas Randall et Chloé, la petite fille de deux ans et demie que Nick a eu avec Stéphanie. »

Quand je demande à Nick ce qu’il a appris professionnellement en côtoyant Justin, il répond sans tarder «Travailler avec Justin est un plaisir, mais c’est un homme qui met la barre très haute. Il est perfectionniste (Justin a déjà avoué en entrevue souffrir de trouble obsessionnel compulsif mélangé à un déficit d’attention). Il est le premier à arriver en salle de répétition et est souvent le dernier à partir. Il peut travailler avec nous jusqu’à 2h du matin. La seule autre artiste qui est aussi perfectionniste est Beyoncé avec qui j’ai aussi eu le plaisir de travailler.»

Le 4 février dernier, Nick et son équipe de Fireplay étaient en fusion totale avec son artiste fétiche à Minneapolis lors de la mi-temps du Superbowl. « Nous avions 7 minutes pour monter la scène et tout mettre en place. Quand Justin a commencé à chanter, je me suis dit Oh my God! On a réussi! et j’ai enfin pu respirer. »

Depuis quelques mois, il travaillait déjà sur la planification de la tournée de Justin en banlieue de New York. « Quand Justin m’a présenté les chansons de Man of the woods,bien avant la sortie de l’album, j’ai tout de suite imaginé comment je pourrais créer un environnement naturel comme dans son Tennessee natal, même au milieu d’un aréna et surtout, réussir à le faire voyager entre le spectaculaire et le personnel. » Un pari réussi!

Nick Whitehouse travaille également sur la tournée de The Killers et vient de terminer celle de James Taylor. Le chiffre d’affaires de son entreprise provient à 30% du monde de la musique et le reste soit du design d’hôtels et de restaurants partout dans le monde, du marketing expérientiel, des spectacles de cirque, des présentations d’équipes sportives ou des événements spéciaux comme l’Igloofest à Montréal. Quand on lui demande avec quel artiste il aurait aimé travailler, il répond « Michael Jackson, assurément. Mais puisque cela est un rêve impossible, j’avoue que je travaille avec le meilleur, Justin! »

Pour la petite histoire, Nick Withehouse n’a pas retravaillé avec Coldplay, mais il compte offrir les services de Fireplay au groupe qui a fait beaucoup de chemin depuis 14 ans!

Les weekends à Michel

En direct de 11:00 à 16:00

1700
100

Les weekends à Michel

avec Michel Lafrance

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.