nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

L'équilibre entre l'ordre et le désordre

L'équilibre entre l'ordre et le désordre

C’est bien beau d’enseigner la propreté à nos enfants, mais est-ce que ça doit vraiment devenir une obsession ?

Pour des gens qui ont une maison aussi rangée que dans un magazine de design, tous les autres vivent dans un dépotoir. À l’inverse, pour quelqu’un qui s’est habitué à ses monticules de possessions, une maison minimaliste et rangée est dépourvue d’âme. Comment est-ce qu’on enseigne aux enfants à vivre entre les deux, sans stress ni insalubrité ?

Quand on lave trop

La volonté de tout vouloir garder propre peut avoir plusieurs sources. Pour certains, c’est la peur d’accumuler de la poussière et des germes. Pour d’autres, c’est simplement une façon de respirer mieux et d’avoir l’esprit tranquille.  Il faut dire qu’on se sent mieux dans une maison propre et bien rangée.

Le problème, c’est si ce besoin commence à affecter les enfants qui se font chicaner dès qu’ils échappent une miette de pain. On voit d’ailleurs des enfants qui ont peur de tout salir. Ce n’est pas grave de vouloir une maison bien rangée, mais quand un enfant a beaucoup de mal à faire du papier mâché parce que ça salit la table et les mains, on se dit qu’on en a peut-être trop fait.

Dans certains cas extrêmes, quand des personnes ont une peur déraisonnable que la maison soit sale, même après avoir fait le ménage, on parle même de trouble obsessionnel compulsif.

Quand on ne lave pas assez

À l’opposé, certaines personnes rangent très peu. La vaisselle s’accumule, le lavage aussi et les tâches ménagères sont reléguées au lendemain. Parfois, c’est temporaire et causé par un manque de temps. D’autres fois, l’insalubrité s’est bien installée et demanderait un effort majeur pour être délogée. Évidemment, ce n’est pas idéal pour des enfants.

Quand il est difficile de marcher dans une maison sans se planter une boucle d’oreille ou un clou dans le pied, la maison manque clairement de nettoyage. De même, si on ne fréquente plus certaines pièces qui sont devenues des piles d’immondices, il faut se poser des questions.

D’ailleurs, un autre trouble obsessionnel compulsif concerne ceux qui ont de la difficulté à maintenir une maison en ordre et qui accumulent les possessions sans pouvoir rien jeter. Ce trouble s’appelle le syndrome de Diogène.

 

Le juste milieu

Entre les deux, il y a un juste milieu. Il est possible, par exemple, de maintenir une maison en ordre sans se donner l’impression qu’elle est vide. Des livres, des disques, des photos et des beaux jouets qui traînent donnent de la personnalité à nos maisons et donnent envie de s’instruire aux enfants.

Pour ce qui est de la propreté, on peut entretenir un ménage sommaire toute la semaine et se garder une heure de fin de semaine pour nettoyer plus en profondeur. Et si on perd quand même le contrôle, on peut très bien garder une chaise où les vêtements s’empileront sans jamais être pliés pour le bien de notre couple et de notre santé. Presque tout le monde a cette chaise à vêtements et son tiroir à cochonneries.

Et après tout, si c’est pour nous permettre de passer plus de temps avec les enfants, le brin de poussière qui reste pourra bien attendre à demain.

Les weekends à Michel

En direct de 11:00 à 16:00

1765
100

Les weekends à Michel

avec Michel Lafrance

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.